Events

J’ai obtenu une Sonos Arc et ensuite je n’ai pas quitté la maison pendant des semaines. Voici ce qui s’est passé.

J’ai obtenu une Sonos Arc et ensuite je n’ai pas quitté la maison pendant des semaines. Voici ce qui s’est passé.

Arc in front of TV

Notre responsable international de la rédaction, Steven Saftig, a réussi à emporter avec lui une barre Arc du siège social de Sonos à Santa Barbara juste avant la fermeture de nos bureaux. Comme il n’arrêtait pas de parler de notre nouvelle barre de son, nous lui avons demandé d’écrire un article de blogue à ce sujet. Il parle de son expérience de la quarantaine avec une barre Arc à la maison, de la configuration à Dolby Atmos. Il discute également avec l’ingénieur du son Chris Jenkins de son mixage sonore lauréat d’un Oscar pour Mad Max : La route du chaos et décrit la sensation de l’entendre au format Dolby Atmos, la référence absolue en matière de son de cinéma maison.

J’étais dans un train de retour à Santa Barbara après avoir rendu visite à ma famille quand j’ai reçu le courriel de notre chef des RH : « Tous les employés, veuillez travailler à domicile. » Nous étions à un peu moins de deux mois d’annoncer Sonos Arc au monde entier et je n’avais même pas encore entendu ce dont elle était capable. Chaque fois que j’écris sur nos produits pour le blogue, je me plonge dans l’expérience pour expliquer aux lecteurs ce que c’est que de vivre avec eux. Comment allais-je écrire sur notre nouveau haut-parleur de cinéma maison sans l’avoir entendu? Et, pour être honnête, je ne comprenais toujours pas ce qu’était Dolby Atmos, l’une des fonctionnalités les plus intéressantes d’Arc. Alors, quand j’ai reçu ce courriel nous demandant d’aller chercher tout ce dont nous avions besoin du bureau d’ici la fin de la journée, j’ai paniqué. J’ai commencé à envoyer des textos. J’étais désespéré.

Eh, vous n’auriez pas un de nos nouveaux haut-parleurs ultrasecrets par là? Que je pourrais emporter, par hasard? Comme, maintenant?

Avancez la bande de quelques minutes en passant par des placards secrets, et j’ai finalement une barre Arc entre les mains une heure avant la fermeture de nos bureaux.

Déballage de l’Arc : Un modèle qui défie la forme. Et 76 000 trous forés individuellement.

Aussitôt arrivé à la maison, j’ai entamé l’une de mes étapes préférées lorsque j’installe un nouveau produit Sonos : le déballage. L’expérience offerte par la barre Arc est aussi excitante et intense que je l’avais espéré. Et ce qui est plus important encore, c’est que nous avons continué à chercher des moyens de minimiser l’impact environnemental de nos produits. Comme l’a décrit Michelle Enright, chef principale, conception des emballages : « Avec l’Arc, nous avons saisi l’occasion de repenser entièrement l’emballage. Nous avons créé une boîte à base de papier à 96,1 %, évitant les traditionnels coussins à base de mousse, ce qui aurait été plus facile et le plus rentable. »

J’ai décollé la dernière couche de l’emballage de protection et voilà, je la tenais dans mes mains. J’avais déjà vu une myriade de photos d’Arc, mais en raison de la subtilité de sa conception, je ne savais pas trop à quoi m’attendre jusqu’au moment où je l’ai vue de mes propres yeux. Je l’ai soigneusement transportée sur ma console multimédia, je l’ai placée devant mon téléviseur et je me suis reculé. (Vous pouvez également fixer Arc au mur.) Voici un fait à propos de la conception de la barre Arc : il est plutôt difficile de décrire sa forme. Ce n’est pas une boîte. Ce n’est pas un rectangle. Ce n’est pas non plus un cylindre. Elle semble presque en mouvement, comme si elle ondulait. Arc ne donne pas l’impression d’essayer de rivaliser avec le reste de votre installation de cinéma maison ni de s’en démarquer. Comme l’a expliqué Kitty Suidman, directrice, couleur, matériau et finition : « La conception d’Arc est délibérée, offrant un profil familier doux et homogène. Elle est comme un meuble dans votre maison. »

J’ai commencé à tourner autour d’Arc. Et à chaque angle sous lequel j’ai pu l’observer, une nouvelle dimension de la conception se révélait. Il n’y a pas de bords durs, de saillies maladroites ou de cavités discordantes. Bref, elle est magnifique. Il s’avère que tout cela est très intentionnel. « Nous adoptons une approche à 360 degrés », a expliqué Philippe Vossel, concepteur industriel chez Sonos. « Peu importe d’où vous regardez le produit pour la première fois, tout est important. Si vous le regardez d’abord de côté, c’est là que cela compte. Si vous le fixez au mur et que vous le regardez d’en bas en premier, c’est là que cela compte. » Vossel et l’équipe de la conception industrielle ont également réfléchi à la façon dont votre œil se déplace le long du produit. « Nous voulions éviter que vous soyez accroché ou distrait par des détails non raffinés », a-t-il déclaré. « En fin de compte, c’est la façon dont tous ces détails sont liés qui nous permet de créer une histoire visuelle du son. »

Arc side profile

Sonos Arc

Il y a autre chose que vous devez savoir au sujet de la conception de la barre Arc. Chaque produit Sonos est le résultat d’un équilibre créatif et collaboratif entre ce que les équipes du matériel et des logiciels veulent mettre à l’intérieur du haut-parleur et l’apparence que veut lui donner l’équipe de conception industrielle. Arc contient de nombreuses technologies. (Nous y reviendrons dans un instant.) Et la grille est le pont qui réunit ces deux intérêts, la pièce qui recouvre cette incroyable technologie, tout en créant un produit aussi beau et épuré que ce à quoi Sonos vous a habitué. S’appuyant sur le succès des avancées technologiques que nous avons faites avec les grilles sur Play:5 et Playbase, la grille d’Arc est une feuille sans soudure unique, soigneusement moulée et percée de plus de 76 000 trous pour assurer une performance sonore et sans fil exceptionnelle. « C’est la toute dernière version d’un concept sur lequel nous travaillons depuis des années », affirme Dana Krieger, directrice principale de la conception, produit.

La musique avec Arc : Plus d’espace pour la couleur

Comme j’ai installé Arc pendant une journée de travail, je ne pouvais pas m’asseoir immédiatement pour regarder un film ou une émission de télévision. Mais j’avais tellement hâte de l’entendre que j’ai décidé que je devais au moins écouter une chanson. Et bien que j’avais extrêmement hâte, j’ai pris le temps de configurer Trueplay™ pour adapter Arc à mon salon, dont la forme n’est pas standard. (Trueplay est, de loin, ma fonctionnalité Sonos préférée. Ne pas utiliser Trueplay, c’est comme faire l’essai d’une nouvelle voiture sans régler le siège et vos stations de radio préférées. Vous apprécierez quand même la balade, mais vous passerez à côté d’une expérience personnalisée spécialement pour vous.)

J’ai mis ma chanson test en file d’attente. (Vous avez une chanson test, non? Je fais jouer la même chanson chaque fois que je teste un nouveau haut-parleur : « Rhiannon », de Fleetwood Mac. J’écoute cette chanson depuis que je suis bébé, je la connais de fond en comble. Si vous n’avez pas de chanson test, consultez cette liste de lecture que nous avons créée pour montrer votre système à son meilleur.) Je me suis ensuite assis sur mon canapé et j’ai écouté la chanson de la façon dont Greg McAllister, chef de l’expérience sonore chez Sonos, m’a appris à écouter.

Pause théâtrale.

Deux choses ont été immédiatement évidentes pour moi : l’espace et la clarté. Qu’est-ce que j’entends par « espace »? Je ne veux pas seulement dire que le son remplit la pièce, ce qu’il fait. Imaginez que l’on vous donne un morceau de papier de trois centimètres par trois centimètres et six couleurs de peinture, puis qu’on vous dise de peindre votre maison en utilisant toutes les couleurs. Si vous avez du doigté, vous parviendriez peut-être à créer une représentation grossière. Mais la porte d’entrée ne serait pas très détaillée. Vous ne pourriez probablement pas dessiner les fleurs dans les jardinières. Et certaines des couleurs se fondraient en un ton brun boueux. Maintenant, imaginez qu’on vous demande de faire la même chose, mais avec un morceau de papier d’un mètre et demi par un mètre et demi. C’est le type d’espace qu’Arc donne à la musique. Pour moi, cela signifie entendre des couches de Rhiannon que je n’avais jamais entendues auparavant. Et cet espace est accompagné d’une clarté remarquable. Le chant, les guitares, les claviers, la basse et la batterie ont tous un son net, propre et pur. Bref, la chanson avait un son splendide.

Les émissions télévisées avec Arc : Le son d’une galaxie lointaine, très lointaine

Comme première émission télévisée avec Arc, j’ai choisi The Mandalorian, diffusée en continu sur Disney+. Le son fait partie intégrante de l’univers de La Guerre des étoiles, alors cela me semblait un bon point de départ. Je n’ai pas été déçu.

Entendre le rugissement des moteurs du Razor Crest et les gazouillements de l’Enfant avec la même ampleur et la même clarté que celles constatées à l’écoute de Rhiannon était électrisant. Même sans haut-parleurs ambiophoniques arrière, la sensation d’écoute immédiate avec Arc est celle d’une immersion totale. Comme l’explique Chris Davies, directeur principal de l’ingénierie audio, cela est dû au fait qu’« Arc crée un espace sonore très large en utilisant des rayons de formation de faisceau hautement optimisés. Ces rayons font rebondir le son sur le mur de votre pièce pour créer une expérience sonore réellement immersive. » En d’autres mots, Arc ne se contente pas d’envoyer le son vers vous. Elle utilise une technologie sophistiquée (et les informations que vous lui fournissez sur la taille et l’acoustique de votre pièce à l’aide de Trueplay) pour faire rebondir le son sur les murs afin de vous envelopper véritablement dans le paysage sonore du spectacle. La magie, bien sûr, se produit quand le son atteint vos oreilles en même temps, de façon complètement synchronisée.

Sonos Arc mounted below a TV

Plus tard, lorsque j’ai éteint les lumières, quelque chose de subtil, mais d’étonnant s’est produit. Le voyant d’état sur Arc s’est estompé automatiquement. Arc possède un capteur de lumière ambiante qui ajuste le voyant d’état en fonction de la luminosité de la pièce; un autre petit exemple de la façon dont Arc est conçue pour s’intégrer parfaitement dans votre maison. Une dernière note au sujet de La Guerre des étoiles. Vous pouvez diffuser en continu tout le contenu de la saga sur Disney+, y compris un documentaire de huit épisodes qui vient de sortir, appelé Disney Gallery : The Mandalorian, qui plonge dans la production de la série, y compris sa trame sonore emblématique.

Qu’est-ce que Dolby Atmos?

Comme vous pouvez le constater, j’étais déjà ravi de mon expérience de la barre Arc, que j’avais utilisée seule. Sans Sub. Sans haut-parleurs ambiophoniques arrière. Sans Dolby Atmos. Mais la barre Arc a été conçue pour évoluer au fil des progrès rapides de la technologie du cinéma maison. Et cela signifie jouer en format Dolby Atmos, la nouvelle référence absolue en matière de son de cinéma maison. Je devais absolument voir ce qu’Arc pouvait faire avec une configuration Atmos complète.

Mais d’abord, qu’est-ce qu’Atmos? Bien qu’il existe de nombreuses vidéos et explications sur Internet décrivant cette technologie, je vous propose de la décrire ici dans mes propres mots. Avant Atmos, les éléments sonores d’un film ou d’une émission devaient être affectés à un canal particulier (gauche, centre, droite, arrière gauche, arrière droit, etc.) Avec Atmos, les sons sont traités comme des objets et tous les canaux fonctionnent ensemble pour projeter ces sons dans différentes parties de la pièce. Mais l’aspect vraiment génial c’est qu’Atmos ajoute également de la hauteur à l’équation. (Arc y parvient en utilisant des haut-parleurs qui dirigent le son vers le haut et qui le font rebondir au plafond.) Cela permet d’entendre ces sons projetés, pas seulement le long d’un plan horizontal, mais n’importe où dans tout l’espace tridimensionnel de votre pièce. Qu’est-ce que cela signifie pour votre expérience d’écoute? J’espérais que vous me posiez la question.

Les films avec Arc : L’expérience Dolby Atmos

J’ai jumelé Sub et deux haut-parleurs arrière Sonos One SL à Arc. J’ai utilisé Trueplay pour régler à nouveau mon système (pour tenir compte de l’ajout des haut-parleurs arrière). J’ai préparé du maïs soufflé. Et puis je me suis assis pour regarder Mad Max : La route du chaos. Dès la première scène, j’ai immédiatement compris pourquoi Atmos est la nouvelle norme en matière de son de cinéma maison. Dans la séquence d’ouverture, un flot de voix et de sons ambiants tourbillonnait autour de moi. C’était surprenant et passionnant, et cela m’a fait complètement repenser la façon dont j’avais utilisé le mot « immersif » jusque là. Au cours des deux heures suivantes, j’ai eu le sentiment de faire entièrement partie de ce qui se passait dans le film. La conception sonore du film est audacieuse et vibrante, et le regarder en format Atmos ajoute tellement de couches à l’expérience. En même temps, je pouvais parfaitement entendre chaque mot du dialogue, même au milieu d’une trame sonore tonitruante et d’un tumulte d’effets sonores exceptionnels. Comme Chris Jenkins, ingénieur de son lauréat d’un Oscar et membre du Soundboard de Sonos, me l’expliqua plus tard, le dialogue est l’épine dorsale d’un film. Même sans activer l’amélioration vocale, Arc a rendu les dialogues avec une clarté détaillée. Et puis il y a les moments calmes du film, de belles scènes sereines accompagnées de sons délicats et de chuchotements.

Avec la précision sonore d’Arc, j’ai trouvé ces scènes tout aussi captivantes que les séquences d’action. Mais l’aspect possiblement le plus intéressant et le plus honorable de l’expérience Atmos est que rien ne sonne faux. Lorsque les sons résonnent autour de vous, rien ne semble déplacé ou artificiel. Vous n’êtes pas soudainement éloigné de ce qui se passe à l’écran à cause d’un bruit aléatoire derrière vous. Tout semble fluide et, en fin de compte, vous immerge encore plus pleinement dans le monde présenté sur votre écran de télévision.

Une conversation avec Chris Jenkins

Après avoir regardé Mad Max : La route du chaos, je voulais aller plus loin. Plus précisément, je voulais voir sous le capot, mais du point de vue d’un créateur. Je savais également que le mixeur de réenregistrement du film, Chris Jenkins, qui a remporté un Oscar pour son travail sur Mad Max : La route du chaos, siégeait sur le Soundboard de Sonos. Il m’a aidé à configurer Arc de manière à ce que je visionne le film avec Arc de la façon dont il l’avait pensée. Je voulais en savoir plus.

Nous nous sommes donc rencontrés pour discuter sur Zoom. La première chose que j’ai apprise, c’est qu’alors qu’il travaillait sur le film, il se réunissait avec le réalisateur George Miller et le reste de l’équipe à raison de séances de six heures au cours desquelles ils discutaient de morceaux de 15 minutes du film. Quinze minutes de film. Par séance de six heures. C’est dire à quel point le son fait partie intégrante du film. Évidemment, Jenkins se souvenait de chaque aspect du film que j’évoquais.

Au début de notre conversation, Jenkins m’a expliqué pourquoi l’écoute de Dolby Atmos sur Arc ne sonne pas faux. « Dans un film, nous établissons, et brisons, certaines règles concernant le son », a-t-il affirmé. « Si on déplace une voix humaine trop loin en dehors de l’écran, cela déconcentre l’auditeur. Il y a certains sons que vous pouvez placer n’importe où : des sons de musique et de nature, par exemple. Mais plus un son est précis, plus nous nous attendons à ce qu’il soit entendu d’où il vient visuellement. »

Avec Mad Max : La route du chaos, il a choisi de briser cette règle dans la toute première scène du film. Il explique : « Au début du film, vous entendez tous ces petits sons tourbillonner autour de vous. Par exemple, la voix de la petite fille qui chuchote « Max », qui ensuite résonne encore et encore. Sur plusieurs copies d’exploitation avant Dolby Atmos, ce souci du détail n’était pas présent. Puis, vous entendez la version Atmos sur Arc, et vous trouvez ça génial, car ces sons n’essaient pas de rivaliser pour les trois mêmes lecteurs haut-parleurs. Si vous avez tout cet espace où placer tous les sons, votre oreille peut comprendre que cette voix est ici. Et que ce son est là-bas. Il a ensuite expliqué pourquoi il avait enfreint les règles sur la provenance des voix. « Nous pouvons diriger l’oreille de l’auditeur vers l’endroit où nous souhaitons hiérarchiser les informations pour lui. Dans le cas de Mad Max, la voix de la fille est extrêmement importante, car elle est un personnage central dans la vie de Max. En fin de compte, nous voulons le système de lecture le plus pur pour entendre tous les détails que les cinéastes y ont mis. Et la séquence d’ouverture de Mad Max est à mon avis un excellent exemple de la conscience de l’espace et des sons qui ne se gênent pas les uns les autres. »

Nous avons éventuellement abordé le sujet de ce que cela représentait pour lui, en tant qu’ingénieur du son, de pouvoir mixer le son d’un film pour Atmos. « Il y a tellement d’espace », a-t-il déclaré. « Nous pouvons séparer la conception sonore et la musique, tout en protégeant les dialogues. Autrement dit, un acteur pourrait parler à voix très basse, mais au lieu de baisser toute la musique pour nous assurer d’entendre ce qu’il dit, nous pouvons simplement créer plus d’espace autour du chuchotement. Avec Atmos, nous pouvons sculpter la bande sonore autour de différents éléments d’une manière qui n’est simplement pas possible avec un mixage gauche, centre et droit. C’est comme une bascule au point, mais sur le plan du son. »

Alors que notre conversation se terminait, Jenkins a délaissé les explications techniques pour se concentrer sur ce qui compte vraiment dans l’expérience de cinéma maison. « L’important, c’est l’histoire qu’on raconte », a-t-il rappelé. « L’idée est de raccourcir le plus possible la distance entre le créateur, l’écrivain ou l’interprète et l’oreille de l’auditeur. Nous éliminons tout ce que nous pouvons entre les deux, l’encombrement. Que ce soit les dialogues d’un film de 1939 ou la plus récente production, il s’agit toujours de trouver la forme la plus transparente de transmettre l’histoire. »

Au moment de la publication de cet article, nous travaillons toujours de la maison. Au cours des dernières semaines, j’ai réécouté beaucoup de vinyles et de films que j’apprécie, ce que je trouve vraiment réconfortant. Les entendre avec Arc a rendu mon expérience de réécoute rafraîchissante et inspirante.

*Sonos may earn a portion of sales from products that are purchased through our site as part of our affiliate partnerships.

Read More