unknown imageunknown image placeholder
Histoires de son

Le compositeur de la bande originale de The Mandalorian parle de la deuxième saison

Steven Saftig

Responsable international de la rédaction

Même si la trame sonore récompensée aux Emmy que Ludwig Göransson a composé pour The Mandalorian évoque la quête de l’homme solitaire, le parcours du compositeur est riche d’amitiés de longue date (Ryan Coogler et Donald Glover), de collaborations fructueuses (Jon Favreau et Christopher Nolan) et d’une volonté d’intégrer une multitude de cultures, d’expressions et de styles musicaux du monde entier dans sa vie et dans son travail. Des instruments tactiles et organiques dont il a appris à jouer alors qu’il était enfant aux collaborations avec l’équipe d’ingénieurs de Sonos, en passant par la configuration d’Arc, le son sous toutes ses formes est une passion pour Göransson. Sa nouvelle station, Things That Stuck, est lancée aujourd’hui sur Sonos Radio. Dans cette entrevue, il parle de l’inspiration derrière sa station, il raconte comment il a su qu’il allait remporter un Oscar avant même que son nom ne soit dévoilé et nous dit pourquoi il ressent autant d’enthousiasme pour la saison 2 de The Mandalorian.

Le moment où il a finalement entendu l’orchestre jouer les pièces qu’il avait écrites pour la première saison de The Mandalorian a été mémorable pour Ludwig Göransson. « Avec l’orchestre, c’est la première fois qu’elles prennent vie », a-t-il expliqué. « Il y a là près de 80 des meilleurs musiciens au monde qui jouent en harmonie, qui respirent ensemble et qui consacrent toute leur énergie à leurs instruments. Et c’est à ce moment que l’aspect humain prend tout son sens. » Ludwig avait jusque-là cultivé la musique principalement par lui-même, et en avait pris grand soin. Pour The Mandalorian, il lui aura fallu sept mois de travail avant d’enfin entendre l’orchestre jouer les pièces. Les attentes étaient élevées. La musique pour la première série Star Wars en prises de vue réelles devait compléter la vision unique qu’a Jon Favreau de l’émission sans toutefois dénaturer la trame sonore vénérée des films originaux, composée par John Williams. Dès l’instant où l’orchestre s’est mis à jouer, tout s’est mis en place. « Je crois que c’est ce qui se rapproche le plus d’un accouchement » a-t-il ajouté.

Comme une grande partie de la carrière de Göransson, ce qui a suivi a relevé davantage de la collaboration. « L’un des moments les plus agréables du processus consiste à se trouver dans la pièce avec l’orchestre et à façonner le tout en quelque chose dont vous ne soupçonniez même pas l’existence, un son que vous n’auriez même pas imaginé » a-t-il renchéri. « Vous pouvez prendre une idée et, si vous travaillez avec un excellent orchestre, vous pouvez lui raconter l’histoire et lui expliquer ce que la musique est censée signifier, puis l’entendre façonner sa performance. »

Les sentiments par la musique

Depuis son enfance, l’univers Star Wars définit « l’avenir » pour Göransson. Mais lorsqu’est venu le temps pour lui de composer une trame sonore pour The Mandalorian, il a intentionnellement choisi une approche plus organique. « Je voulais revivre le sentiment que j’avais eu enfant lorsque j’ai regardé Star Wars pour la première fois », a-t-il avoué. « La seule façon d’y parvenir était de prendre du recul, de délaisser mon ordinateur et d’utiliser de vrais instruments, des instruments que je pouvais toucher. » Göransson a commencé par un instrument bien connu des élèves du cours de musique, une flûte à bec basse. « J’ai immédiatement été attiré par ce son vraiment unique », a-t-il expliqué. « J’ai donc commencé à improviser et ce sont les toutes premières notes que vous entendez dans le thème de The Mandalorian.

Sur la base de ses premières conversations avec Favreau, Göransson savait que la série devait évoquer l’idée d’un voyageur solitaire. Il a donc lui-même entamé son parcours, passant des heures seul dans un studio rempli d’instruments. « Je voulais que la musique soit très directe et intime. Et je voulais qu'elle paraisse modeste au début. Rendu au riff de flûte à bec, j’ai eu l’idée d’ajouter un battement de cœur. Alors je me suis assis à la batterie et c’est ce que j’ai fait. Ensuite, je suis allé au piano et j’ai écrit la ligne de basse. Puis, j’ai pris ma guitare électrique et j’ai composé la première mélodie avec un peu de distorsion. J’ai été enfermé dans mon studio pendant pratiquement un mois, passant d’un instrument à un autre. »

Bien que la musique fasse partie intégrante de l’univers de Star Wars, elle est encore plus essentielle dans le contexte de The Mandalorian. « La trame sonore représente les expressions faciales du Mandalorian », affirme Göransson. « On ne voit jamais son visage, celui-ci étant toujours couvert par un casque. On ne peut qu’entendre sa voix et voir son langage corporel. C’est pourquoi la trame sonore est aussi importante; elle raconte l’histoire de ses émotions. »

Afin de s’assurer que sa trame sonore s’intègre harmonieusement à l’aspect hautement technologique de la série, Göransson a travaillé en étroite collaboration avec l’équipe du son. « Pour moi, le son et la musique vont de pair », a-t-il déclaré. « Avec la technologie d’aujourd’hui, il est possible de manipuler les sons. Nous pouvons prendre un son bien connu de tous, comme le cliquetis des bottes du Mandalorian, et le transformer en un élément musical. Il y a tant de façons d’utiliser la nouvelle technologie avec le son, de transformer les sons en musique, ce qui permet au public de vivre une expérience nouvelle et différente, quelque chose qu’il n’a jamais entendu auparavant.

L’excitation de Göransson à l’égard de la deuxième saison de la série est palpable. « Nous visiterons des tas de nouveaux endroits », a-t-il confié. « Nous rencontrerons beaucoup de nouveaux personnages. Nous verrons des choses et vivrons des expériences inédites. L’aventure promet d’être exaltante. »

unknown imageunknown image placeholder

La collaboration par la musique

L’un des premiers gros projets auxquels Göransson a participé à Hollywood est la trame sonore de la série Community diffusée sur NBC. Pendant qu’il travaillait à l’émission, il s’est rapproché de Donald Glover, l’une des vedettes de la série. Glover était impressionné par la formation jazz et classique de Göransson et les deux ont commencé à collaborer sur la musique de Childish Gambino, l’alter ego de Glover. Une collaboration fructueuse si l’on en croit les quatre Grammy que la chanson « This is America » et son vidéoclip auront permis de remporter.

En plus de lui mériter des prix, l’ampleur de l’œuvre de Göransson a également eu une influence majeure sur ses musiques de film uniques. « J’intègre ma perspective à toutes les trames sonores que je compose. Par exemple, je peux appliquer à un film certaines des idées de production d’un disque. J’aime bien pouvoir mélanger deux mondes et donner une impression de nouveauté. »

Toutefois, le partenariat qui allait éventuellement rapporter un Oscar à Göransson a débuté bien avant sa collaboration avec Glover. Alors qu’il suivait le programme de composition sonore pour l’écran de l’université de Caroline du Sud (USC), Göransson s’est lié avec le réalisateur, et étudiant lui-aussi à USC, Ryan Coogler pendant une partie de billard. Leurs atomes crochus étaient évidents et alors qu’ils discutaient de leurs artistes hip-hop suédois préférés, Coogler a demandé à Göransson de composer la musique pour son film étudiant Locks. Göransson a par la suite composé deux autres trames sonores pour les films de Coogler, plus célèbres cette fois, soit Fruitvale Station en 2013 et Panthère noire en 2018. Göransson a confié : « J’ai été chanceux d’apprendre autant de nouvelles choses grâce aux projets auxquels j’ai pris part. Mon inspiration est chaque fois renouvelée. Par exemple, pour Panthère noire, je n’ai pas seulement appris une nouvelle musique, j’ai également appris la signification de la musique pour la culture africaine. Apprendre ce que la musique représentait pour eux m’a permis de nouer des amitiés durables avec bon nombre des interprètes de la trame sonore avec qui je suis encore en contact chaque semaine. Grâce à la musique, je me suis fait de nombreux amis et j’ai découvert un monde dont je ne soupçonnais même pas l’existence. »

Le travail de Göransson sur Panthère noire lui a valu son premier Oscar. Malgré sa totale surprise de remporter les honneurs, il a eu la vague impression que la statuette lui reviendrait quelques minutes avant que son nom ne soit dévoilé. « Les annonceurs étaient Tessa Thompson et Michael B. Jordan, avec qui j’ai travaillé sur Creed », a-t-il expliqué, faisant référence au film de 2015 dont il a composé la trame sonore. « Je me souviens avoir vu leur réaction lorsqu’ils ont ouvert l’enveloppe et j’ai alors compris que j’avais gagné. C’était surréaliste. »

unknown imageunknown image placeholder
unknown imageunknown image placeholder

La conversation par la musique

« La station est, en quelque sorte, l’amalgame des expériences musicales qui ont mené à ce moment de mon parcours comme artiste », a confié Göransson, faisant référence à sa nouvelle station sur Sonos Radio, Things That Stuck. Les goûts éclectiques de Göransson en matière de musique font de lui le candidat idéal pour organiser une station pour Sonos Radio. « Ce qui a eu beaucoup d’importance pour moi, c’est d’être exposé à autant de genres, de styles et de types de musique différents de partout dans le monde », a-t-il mentionné. « Et je crois que cette ouverture est attribuable au fait que j’ai rencontré des personnes avec lesquelles j’ai tissé des liens et que lorsque cela se produit, vous écoutez ce qu’elles ont à dire d’une manière différente. J’ai écouté leur musique et cela a contribué à faire de moi le compositeur que je suis et la personne que je suis devenue. » Il poursuit en disant : « Things That Stuck présente différents genres musicaux, c’est très diversifié. Ça en dit long sur la musique que j’écris également. J’essaie de croiser des genres et de combiner différents instruments auxquels vous n’êtes pas nécessairement habitués. J’adore expérimenter à ce niveau. »

Things That Stuck offre un mélange de musique ayant influencé l’œuvre de Göransson, les artistes qu’il a produits et les chansons qui l’ont personnellement inspiré. La station présente du classique, du jazz et des musiques de film, en passant par l’indie et le hard rock. « Ce sont les sons, les chansons et les mélodies qui trottent dans mon hippocampe », ajoute-t-il. « Ils font partie de mon langage. Ce sont des choses qui, depuis le début, m’ont été transmises par mon père parce que c’est ainsi que mon histoire avec la musique a commencé. Il y a aussi des chansons et des artistes qui me rappellent des expériences sociales, comme rencontrer des amis, avoir un groupe ou m’asseoir avec mon meilleur ami et jouer de la musique avec lui dans le salon ou dans la voiture parce que c’est là que se trouve le meilleur système audio. » Dès sa sortie à plus grande échelle, la bande sonore de la deuxième saison de The Mandalorian sera présentée sur Things That Stuck, de même que les commentaires anecdotiques de Göransson.

La relation de longue date entre Sonos et Göransson repose sur sa passion pour le son. « Évidemment, quand vous regardez un film, la qualité de l’expérience dépend en grande partie du son », a-t-il précisé. « Grâce à mon travail avec de nombreux réalisateurs, j’ai appris à quel point le son était important pour eux. Et cela a également eu un réel impact sur ma carrière. » Aux étapes finales du réglage d’Arc, Sonos a invité Göransson à donner son avis sur la façon dont notre nouvelle barre de son rendait la trame sonore de Panthère noire pour laquelle il a été récompensé aux Oscar. Göransson voulait d’abord s’attarder à une scène en particulier; la scène de combat entre T’Challa et Killmonger devant la chute. « Ce fut l’une des scènes les plus complexes que je me souviens d’avoir mixée à la station de doublage », a-t-il confié. « Il y a une énorme chute produisant un son grave et tonitruant que l’on entend tout au long du combat, des centaines de personnes dans la foule, la musique et les effets sonores pendant toute la scène. Alors, comment rendre tous ces sons distincts? ]Pendant que nous testions Arc, nous avons fait jouer et rejouer la scène et c’était fascinant de voir comment les ingénieurs de Sonos pouvaient apporter des ajustements à Arc sur-le-champ. À la fin, j’avais l’impression qu’une vraie chute se trouvait derrière le téléviseur et que la musique était en avant. Tout s’est mis en place d’une façon que je n’avais encore jamais entendue à la télé. »

L’amitié par la musique

En plus d’entendre la trame sonore de Göransson tout au long de la deuxième saison de The Mandalorian, vous pouvez également entendre sa musique dans le film Tenet de Christopher Nolan. Comme bon nombre de ses collaborations précédentes, grâce à la musique, Göransson et le célèbre réalisateur ont créé un langage commun et développé une confiance mutuelle. « J’ai d’abord lu le scénario de Tenet avant de rencontrer Chris [Nolan] pour lui poser une foule de questions », a-t-il expliqué. « L’un des points forts de notre première rencontre a été de faire jouer de la musique pour l’autre. Il a mis des pièces qui l’ont inspiré tout au long de sa vie et j’ai fait la même chose. Cette conversation et ce partage musical ont été extrêmement importants pour apprendre à nous connaître. C’est également ce qui allait devenir le fondement de notre collaboration. »

Même s’il n’a pas d’orchestre à sa disposition à la maison, la musique remplit également sa vie personnelle. « Il y a toujours de la musique à la maison. Ma femme Serena joue souvent du violon ou nous faisons jouer des chansons pour notre bébé d’un an », a-t-il précisé. « La musique est constamment au cœur de nos discussions et de notre vie. »

Faites l’expérience du paysage musical saisissant de Ludwig Göransson en écoutant Things That Stuck, maintenant sur Sonos Radio. Et ne manquez pas la nouvelle saison de The Mandalorian sur Disney+, disponible dès le 30 octobre.

Lire la suite