On l’avait découverte avec une ballade folk, on la retrouve métamorphosée en femme fatale aux dents pointues. La chanteuse MAI LAN nous présente cette fois « VAMPIRE », son nouvel EP à l’électro-pop sanglante à l’occasion d’un Live Facebook en direct de la Maison Sonos. Un disque électrifiant mais intime dont l’artiste a interprété quelques morceaux en petit comité. Confortablement installée sur le lit de la chambre parentale, Mai Lan s’est ensuite confiée sur son rapport très personnel à la musique et à la place qu’elle occupe dans son quotidien.

Confortablement installée sur le lit de la chambre parentale, Mai Lan s’est ensuite confiée sur son rapport très personnel à la musique et à la place qu’elle occupe dans son quotidien.

 

Tu as abandonné le son organique de tes débuts au profit d’une musique plus électronique. Comment as-tu préparé cet EP ?

Je crois que c’était la suite logique au premier album. Assez rapidement, des éléments électro ont commencé à s’installer dans mon travail. Quand tu fais un premier disque, tu as envie de tout explorer. Dans le deuxième, tu te rapproches de ce que tu es et de ce que tu veux représenter. L’électro, c’est une musique que j’aime beaucoup, j’en écoute énormément.

 

Tu es chanteuse, actrice, mannequin, styliste… Est-ce que tu dirais que tu as une approche artistique globale, qui va au-delà de la musique ?

Oui, complètement. J’adore bosser l’image, ça m’intéresse autant que la musique. La musique, c’est le point de départ qui va amener tout le reste. Chanter, c’est ce que j’aime le plus. Mais à travers ça, je peux m’amuser avec toutes les autres disciplines.

 

Quelles sont tes références en termes d’image, de design ?

Pour cet album, je voulais une belle image, esthétique et décontractée. Je me suis nourrie de beaucoup de choses. Je ne suis pas folle d’une période ou d’une personne en particulier. Une image me fait vibrer parce qu’elle m’évoque quelque chose.

 

On trouve beaucoup d’influences différentes dans tes chansons. Est-ce que c’est pareil pour la musique que tu écoutes ?

Ce que j’écoute, c’est un mélange. J’ai commencé le piano quand j’étais toute petite. Je jouais Schumann, Scarlatti, Chopin… Depuis, je suis obsédée par les mélodies. J’aime les comptines pour enfants, les ritournelles. J’écoute aussi beaucoup de rap. J’adore Kendrick Lamar et Frank Ocean. Ils arrivent à rendre les paroles musicales et c’est ce qui me plait. Au-delà du discours, auquel je suis sensible, c’est cette façon de construire qui m’inspire : une musicalité qui peut se trouver dans les notes et dans le flow.

 

Au quotidien, tu recherches cette musicalité ?

Oui, il n’y a jamais de silence chez moi ! J’ai besoin de guider l’atmosphère. Parfois, tu es à la maison et tu as le cafard, sans savoir pourquoi. Et puis tu réalises que tu es en train d’écouter un morceau triste, James Blake par exemple. Parfois, tu embrasses le moment parce que c’est magnifique. Et parfois, tu as besoin de quelque chose de plus léger. Tu switches et tout d’un coup, tu te sens mieux. C’est rigolo de constater à quel point la musique peut influer sur l’humeur. Il faut le savoir et l’organiser.

 

Comment y arrives-tu ? Tu as créé des playlists ?

Oui, j’en ai plein ! Il y en a une dans laquelle je mets tous mes morceaux préférés du moment, en vrac. Souvent, je développe une sorte d’addiction : un morceau sort et je l’écoute dix fois de suite ! Il y a des playlists qui contiennent tous mes morceaux préférés, et d’autres qui sont organisées par thème.

Quand j’ai envie d’être tranquille, j’écoute un morceau de classique hyper reposant comme Edvard Grieg, qui m’évoque une petite forêt, le matin. Et quand je me prépare pour sortir, je mets de l’électro hyper fort et ça me booste !

 

Tu as un endroit privilégié où tu écoutes de la musique ?

Chez moi, la musique occupe tout l’espace. En général, ça envahit toute la baraque parce que j’écoute très fort ! Si je me déplace, la musique me suit dans toutes les pièces de l’appartement, dans la chambre, dans la salle de bain… J’en ai besoin, tout le temps.

 

Quels sont tes derniers coups de cœur ?

Mon morceau du moment, c’est « The Passions » d’Owen Pallett. Je suis tombée dessus par hasard en me baladant sur des playlists. Il y a de plus en plus d’artistes qui en font et qui les partagent sur les plateformes de streaming. Honnêtement, c’est du bonbon ! On y trouve des choses inconnues qui sont géniales !

 

En tant qu’artiste, est-ce que le fait de partager des moments de musique avec ton entourage est important pour toi ?

Oui, bien sûr ! De temps en temps, je reçois des copains et on écoute de la musique ensemble ou ils reçoivent un petit message le matin. Je leur envoie un son qui correspond à leur état d’esprit du moment, à ce qu’ils aiment, ou tout simplement à ce qu’on a partagé ensemble.

#LaMaisonSonos #LaMaisonSonos