Comment Sonos a créé une enceinte intelligente et plus ouverte, à l’ère des Big Tech.

Lorsque Sonos a pris la décision de concevoir une enceinte contrôlable par la voix, c’était une démarche aussi stratégique qu’innovante. Non seulement notre équipe a dû relever le défi de créer une enceinte avec commande vocale pour un système audio multiroom (inédit jusqu’ici), mais nous allions aussi nous mesurer directement à certaines des plus grandes entreprises technologiques du monde. Heureusement, Sonos ne cesse de développer son expertise depuis 15 ans, et de réinventer l’expérience d’écoute pour la maison.

Brendan Welch, Product Creation Leader
Brendan Welch, Product Creation Leader

L’expertise de Sonos en termes d’innovation et d’expérience audio allait être mise au service de la mission à accomplir : concevoir une nouvelle manière d’écouter la musique. Il existe déjà de nombreuses enceintes dites « intelligentes », mais l’un de nos premiers constats lors du développement de notre produit était que ces remarquables appareils n’étaient pas pensés pour le confort d’écoute. Ils utilisaient le contrôle vocal et l’intelligence artificielle principalement pour accélérer la productivité, faciliter les achats et accroître l’engagement avec certaines plateformes de Big Tech. (Et accessoirement, vous pouviez aussi écouter de la musique avec). Nous étions déterminés à créer une enceinte plus intelligente, qui ait comme objectif premier le plaisir d’écouter la musique.

Le premier principe – et probablement le plus difficile – auquel nous devions adhérer pour atteindre cet objectif était l’ouverture du système. Sonos a toujours ouvert sa plateforme à différents services de musique. Pour que ce nouveau produit soit conforme à nos standards d’exigence, nous nous sommes rendus compte que nous devions aussi être ouverts à de multiples assistants vocaux, pour que les utilisateurs puissent façonner leur propre expérience.

Nous avons aussi remarqué que de nombreuses enceintes intelligentes étaient créées de manière à ce que votre attention se porte sur la technologie plutôt que sur la musique. Bien entendu, l’enceinte doit avoir un beau design. Mais notre priorité est de permettre à nos enceintes de s’intégrer naturellement dans tous les intérieurs. C’est-à-dire qu’elles n’ont pas besoin d’être au centre de la pièce pour avoir un son exceptionnel. Et elles n’ont pas besoin de focaliser votre attention avec tout un tas de lumières et d’alertes.

Pour faire de cette vision ambitieuse une réalité, une équipe réduite s’est réunie pour imaginer ce qui allait devenir le Sonos One, et son logiciel révolutionnaire. Sa création, racontée ici par plusieurs participants au projet, représente un bond en avant pour Sonos, à la fois en tant que système audio sans fil pour la maison, mais aussi en tant que plateforme où de nouvelles expériences passionnantes peuvent être inventées.

Conçue de A à Z… ou presque.

Tout d’abord, une enceinte avec assistant vocal… a besoin d’un assistant vocal. Nous savions qu’Amazon avait une grande expertise dans ce domaine. Le projet Echo était inspirant. Alexa était devenue une plateforme de commande vocale aux capacités remarquables, soutenue par des technologies d’apprentissage automatique parmi les plus sophistiquées au monde. Au lieu de garder Alexa en circuit clos pour son utilisation exclusive, Amazon en a fait une plateforme ouverte avec laquelle des tiers peuvent facilement travailler. C’est donc naturellement qu’Alexa est devenu notre premier partenaire pour le contrôle vocal.

Avant de commencer à fabriquer des pièces pour une enceinte avec assistant vocal, nous devions déterminer exactement ce à quoi elle ressemblerait. « Nous avons finalement décidé de nous baser sur la structure du Play:1 », explique Allan Velzy, Product Manager. « Du point de vue de l’expérience client, le Play:1 était notre enceinte la plus populaire, non seulement parce qu’elle offre un son étonnant, mais aussi parce qu’elle peut trouver sa place dans n’importe quelle pièce. »

Allan Velzy, Product Manager
Allan Velzy, Product Manager

Bien qu’étant quasiment identiques, le Sonos One et le Play:1 n’ont que deux éléments en commun : les pieds et la base. « Comme nous avons ajouté des micros et des voyants, nous avons dû tout repenser », souligne Allan Velzy. Ces ajouts s’inscrivent dans une conception particulièrement étudiée où chaque millimètre compte. Ainsi, les tweeters et les woofers sont adaptés précisément à l’architecture unique de l’enceinte.

L’équipe a étudié l’Echo et réfléchi à la manière d’affiner l’expérience du Sonos One. « L’un des défis les plus intéressants était que nous voulions offrir à l’utilisateur la possibilité d’éteindre les micros », explique Allan. L’équipe a remarqué que lorsqu’on éteignait le micro de l’Echo, l’enceinte s’allumait en rouge. « Cela donnait un effet plutôt effrayant et négatif. Et ce n’est pas ce que nous recherchions. Nous avons alors associé l’icône du microphone à un petit voyant LED – sans barre transversale qui le traverse – si le voyant est éteint, le micro l’est aussi. Nous avons également relié le système de microphones au voyant. Ainsi, les microphones ne peuvent pas être allumés si le voyant est éteint. C’est un petit dispositif qui préserve l’intimité mais qui en garantit aussi la sécurité. »

Nous voulions rendre le Sonos One discret sur le plan visuel, mais impressionnant au niveau sonore.

L’équipe s’est aussi intéressée à l’interface très visuelle de l’Echo. Par exemple, quand vous dites « Alexa », il s’allume en bleu. Sonos a choisi une approche différente. « Nous voulions rendre le Sonos One discret sur le plan visuel, mais impressionnant au niveau sonore. Nous avons alors opté pour une interface audible », poursuit Allan. « Si vous dites ‘Alexa’, vous entendez un petit tintement qui vous indique que l’enceinte est prête à vous écouter. »

Une enceinte aussi performante pour vous écouter que pour vous faire écouter.

Apprendre au Sonos One à entendre les commandes vocales s’est révélé être un vrai défi. Après tout, avant ce projet, l’équipe n’avait à se soucier que du son qui sortait de l’enceinte et non du son qui y entrait.

Brendan Welch, qui a participé à la préparation du Sonos One sur la partie production, a joué un rôle clé au niveau du matériel, en aidant à intégrer les microphones dans l’enceinte. « Nous devions d’abord concevoir le système électrique de façon à éliminer toute interférence avec les signaux vocaux », explique-t-il. « Ensuite, nous avons dû choisir un microphone assez sensible pour capter une voix, mais suffisamment robuste pour supporter les niveaux de pression sonore très élevés de l’enceinte. » Enfin, les microphones devaient être correctement scellés avec une barrière acoustique transparente pour maintenir une performance constante et résister aux parasites externes.

Klaus Hartung, Director of Smart Audio and Voice
Klaus Hartung, Director of Smart Audio and Voice

Klaus Hartung, Director of Smart Audio and Voice, a travaillé avec son équipe sur un logiciel qui permettait de distinguer une commande vocale de la musique, des conversations et de tous les autres sons dans une pièce. « Les gens s’imaginent qu’on peut se contenter de soustraire la musique du signal du micro. Mais c’est bien plus compliqué en réalité », précise Klaus.

Si on voulait que les gens puissent placer l’enceinte où ils veulent dans une pièce, il fallait passer par une suppression de l’écho. « Chaque pièce, chaque lieu est unique », explique Klaus. « Selon la taille de la pièce, l’emplacement de l’enceinte, les matériaux présents, et même l’endroit où se tiennent les personnes dans la pièce, les ondes sonores changent. »

Avant que le Sonos One ne puisse « soustraire » la musique, il doit tenir compte de ces changements à l’aide d’un algorithme qui crée un filtre simulant l’acoustique de la pièce. Avec ce que l’on appelle un formeur de faisceau, le Sonos One est capable de supprimer les sons non désirés tels que les bruits d’appareils électriques. Un autre algorithme fait en sorte que l’enceinte réagisse seulement quand elle entend le fameux mot d’activation « Alexa ».

Une enceinte intelligente, réellement intelligente.

Le développement du contrôle vocal de tout un système audio sans fil pour la maison était quelque chose que personne n’avait jamais fait auparavant. Ainsi, faire en sorte que le Sonos One soit capable d’exécuter n’importe quelle commande précédée de ‘Alexa’ a représenté un défi pour les équipes de Sonos et d’Amazon Alexa.

Mieko Kusano, Senior Director of Product
Mieko Kusano, Senior Director of Product

« Avec Echo, vous pouvez dire ‘Alexa, joue les Beatles’ et l’appareil commence alors à jouer le morceau. Nous voulions le même genre d’expérience simple et naturelle », explique Mieko Kusano, Senior Director of Product Management. Cependant, la complexité liée à la multiplicité des pièces exigeait une intégration plus poussée avec Sonos qu’Alexa ne l’avait fait avec n’importe quel autre partenaire. « Sinon, une commande aurait ressemblé à : ‘Alexa, dis à Sonos de jouer les Beatles sur Spotify dans la chambre.’ Je pense que nous sommes tous d’accord pour dire que ce n’est pas très naturel », ajoute Kusano, amusée.

Les équipes ont travaillé ensemble pour épurer toutes les phrases excessives ou qui ne semblaient pas naturelles. « Au lieu de ‘dire à Sonos’, il suffit d’associer Alexa à Sonos pendant l’installation. Au lieu de ‘sur Spotify’, vous pouvez définir votre service de musique préféré dans l’application Alexa. Et même si vous pouvez préciser ‘dans la chambre’, vous n’êtes pas obligé de le faire. L’enceinte supposera que vous lui parlez directement, ainsi qu’aux autres enceintes groupées avec cette dernière », explique Mieko.

 

Nous voulons que l’utilisateur profite de sa vie de famille sans être dérangé par la technologie.

 

Dayn Wilberding, Creative Director of Experience
Dayn Wilberding, Creative Director of Experience

Pour renforcer davantage la convivialité et l’intuitivité de l’expérience utilisateur, nous avons opté pour la continuité du contrôle. C’est-à dire que quelle que soit la manière dont l’utilisateur souhaite contrôler Sonos (avec notre application, des applications partenaires comme Spotify, les boutons situés sur l’enceinte ou en utilisant la voix), tout doit fonctionner parfaitement, même quand l’utilisateur décide de passer d’un moyen de contrôle à un autre.

« Nous voulons que l’utilisateur profite de sa vie de famille sans que la technologie ne la parasite », indique Dayn Wilberding, Creative Director of Experience chez Sonos. « L’utilisateur ne doit pas avoir à réfléchir à comment lancer la musique ou identifier la ‘bonne’ interface pour une tâche spécifique. Tout doit rester parfaitement synchronisé. »

Le meilleur est à venir.

Lidiane Jones, Senior Director of Software Product Management
Lidiane Jones, Senior Director of Software Product Management

Le Sonos One a été conçu pour être fiable en toutes circonstances, mais aussi pour s’améliorer avec le temps. C’est pourquoi nous avons construit notre propre plateforme afin de gérer l’expérience du contrôle vocal, en nous assurant qu’elle pouvait suivre la cadence rapide des progrès technologiques. Alexa gagnera sans doute en intelligence avec le temps. Ce sera aussi le cas de toute la plateforme Sonos à mesure que de nouveaux assistants vocaux basés sur l’intelligence artificielle deviendront disponibles.

Le contrôle vocal rend la technologie invisible…

« Le contrôle vocal en est encore à ses balbutiements », observe Lidiane Jones, Senior Director of Software Product Management. « Nous avons conçu le Sonos One en misant sur l’innovation et l’évolution des technologies. Avec les mises à jour à venir, les clients bénéficieront de la prise en charge de Google, du contrôle vocal pour un ensemble étendu de services musicaux et de fonctionnalités supplémentaires dans l’application Sonos. Nous savions que nous voulions prendre en charge plusieurs services vocaux de la même manière que nous prenons en charge plusieurs services musicaux. »

Chris Kuruc, a Principal Product Manager
Chris Kuruc, Principal Product Manager

Pour une entreprise à la taille relativement modeste qui a débuté sur une plage de Santa Barbara, et qui continue d’opérer hors de l’orbite de la Silicon Valley, construire un produit aussi complexe que le Sonos One en si peu de temps a comporté des risques inhérents et inédits. Le plus intimidant de tous était le risque que l’expérience des utilisateurs ne soit pas à la hauteur de leurs fortes attentes. Au terme de nombreux mois d’efforts concertés et quasi effrénés, l’équipe a enfin pu souffler en attendant les premiers retours.

« La meilleure enceinte intelligente que vous puissiez acheter », a déclaré un site web renommé consacré à l’actualité technologique. « Alexa reçoit la qualité sonore qu’elle mérite », a écrit un autre site. Pratiquement de toute part, un consensus a commencé à émerger : le Sonos One a réussi à allier la commande vocale, la flexibilité et la qualité sonore comme personne d’autre ne l’a jamais fait.

Michael Papish, Director of Platform Marketing
Michael Papish, Director of Platform Marketing

Pour Sonos, cette réussite n’aurait jamais été possible sans l’effort produit par de nombreuses équipes au sein de l’entreprise ; elle découle de la prise de conscience collective du potentiel de la commande vocale.

« C’était comme de la magie », se souvient Michael Papish, Director of Platform Marketing, repensant au contrôle vocal au début du projet. À présent, il y a moins de mystère autour de la technologie, mais ce sentiment d’émerveillement perdure. « J’imagine que la vraie magie se trouve dans le travail d’équipe et l’attention portée à l’utilisateur, combinés avec cette technologie qui ne cessera de s’améliorer jusqu’à ce qu’elle soit pratiquement imperceptible ».

Ce message est également disponible en: en en-gb en-au de it es da nl sv no